Une faillite politique

Au cours de cette première année passée à l’Élysée, Nicolas Sarkozy ne nous aura guère étonnés. Nous l’imaginions psychologiquement « agité », voire « violent ». C’est peu dire qu’il a confirmé nos craintes. Politiquement, nous le disions néolibéral à l’américaine, atlantiste, émule de George W. Bush : qui oserait aujourd’hui contester qu’il est bien tout cela ? Mais un George Bush qui aurait encore à accomplir l’œuvre socialement destructrice de Reagan ou de Thatcher. Certes, le Président n’est pas un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.