Rithy Panh

Les éditions Montparnasse ont réuni dans un coffret quatre documentaires de Rithy Panh, dont l’œuvre ne cesse d’exhumer le souvenir du génocide accompli par les Khmers rouges. Quatre films forts, de Site~2 (1989, sa première œuvre) à S~21, la machine de mort khmère rouge (2002), en passant par Bophana, une tragédie cambodgienne (1996) et la Terre des âmes errantes (1999), qui sont chacun le prolongement du ou des suivants. «Cela peut paraître absurde de faire des films dans un pays où il n’y a même plus de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.