Valse avec Bachir : Danse macabre

Dans « Valse avec Bachir », splendide documentaire d’animation, Ari Folman se remémore le massacre de Sabra et Chatila. Une tragédie dont le réalisateur a été témoin, en tant que jeune soldat.

Revoir pour les besoins de cet article Valse avec Bachir, d’Ari Folman, quelques semaines après sa première projection à Cannes, a eu pour effet non seulement de relancer le plaisir éprouvé, mais de l’amplifier. D’où le sentiment toujours plus grand d’incompréhension devant l’absence au palmarès du film le plus marquant de la compétition officielle, et pas seulement parce qu’il était présenté comme relevant d’un genre nouveau, le documentaire d’animation. D’où aussi la nécessité d’expliquer les raisons de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.