Livre en relief

Jouant toujours de la typographie, Fred Léal propose un texte vif et drôle, d’une impertinence frondeuse. Ce qui n’exclut pas un certain tragique.

Fred Léal n’a toujours pas domestiqué son écriture, et c’est très bien comme cela. Dans la Porte ’verte , comme par exemple dans Let’s let’s go ou le Peigne rose 1, les phrases s’éclatent sur la page. « S’éclatent » à tous les sens du terme. D’abord parce qu’elles forment une farandole typographique sans cesse renouvelée de romains, d’italiques, de gras et de corps (la taille des caractères), parmi lesquels se faufilent, au besoin, quelques croquis. Cette disposition est bien sûr le fait d’une organisation…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.