« L’éthique doit tirer le politique vers le haut »

Vice-président du Comité consultatif national d’éthique, Pierre Le Coz revient sur
les missions de cette instance
à l’heure
où la société
et les pouvoirs publics fantasment
la génétique comme source unique
des déviances et des maladies.

Dépistage de la délinquance chez les enfants de moins de 3 ans, gène de la pédophilie, gène du suicide, fichage ADN… Pourquoi, selon vous, cette percée du tout-génétique ? Pierre Le Coz : Cette tendance s’inscrit dans une logique individualiste qui va chercher dans l’individu la source de tout ce qu’il fait. Ou bien c’est son « libre arbitre » qui le rend responsable de son destin, ou bien ce sont ses gènes qui induisent ses comportements déviants. Dans une logique individualiste, les comportements sont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.