Accordé au pluriel

Les Nuits de nacre célèbrent l’accordéon sous ses multiples formes : folk, rock, jazz, classique…

L’accordéon n’a vraiment plus besoin qu’on lui accorde, comme disait la chanson, l’aumône. Il a connu en France un renouveau tel qu’il n’est guère de genre musical où il ne vienne étirer son soufflet ; il est, en des formes diverses, présent sur tous les continents. À Tulle, depuis vingt ans, les Nuits de nacre célèbrent son éclectisme et son universalité au point que, dans l’esprit de la directrice du festival, Laurence Lamy, accordéon ne peut plus se penser qu’au pluriel. Le mouvement folk a redonné une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.