C'est l'occasion pour les Verts de se dépasser

Pour Erwan Lecœur, sociologue,
la tentative de rassemble-ment de l’écologie politique
au-delà du clivage gauche-droite n’est pas
une réédition du « ni-ni » d’Antoine Waechter.

Qu’est-ce qui pousse les Verts à accepter cette alliance, alors que le parti avait encore récemment le monopole de l’écologie politique ? Erwan Lecœur : Depuis deux ans, les Verts se heurtent à deux problèmes qu’ils ne savent pas comment résoudre. Tout d’abord, la montée en puissance des associations dans le domaine de l’écologie politique, avec l’Alliance pour la planète et surtout la Fondation Nicolas-Hulot. Ensuite, c’est le syndrome « de la femme de 36 ans » : dans les sondages, son parti préféré,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.