Crise financière : la fin des mythes néolibéraux

Dominique Plihon est membre
du conseil scientifique d’Attac.
Il analyse les ressorts de la crise actuelle et montre comment les politiques française et européenne tendent à aggraver ses effets.

Au début de la crise financière, à l’été 2007, nos élites minimisaient la portée de celle-ci. Christine Lagarde, ministre de l’Économie, parlait alors d’un simple « trou d’air » . Traduisez : les marchés vont ­s’ajuster sans difficulté. Un an plus tard, c’est la panique, le ton a changé. Les milieux d’affaires, dont Christine Lagarde est issue, applaudissent aux interventions publiques massives. Celles des États et des banques centrales qui vont au secours des banques et des investisseurs en déconfiture.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.