La maladie de la rentabilité

Nicolas Sarkozy et Roselyne Bachelot lancent une grande réforme
du système de soins qui donne le coup de grâce au service public hospitalier. Et permettra, à terme, de privatiser la Sécurité sociale. Un dossier à lire dans notre rubrique Eco/Social .

En matière de santé, le gouvernement n’a qu’une obsession : colmater le trou de la Sécu. Et un remède miracle, la privatisation. Derrière les belles promesses de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, d’ « assurer à chacun l’accès à des soins de qualité sur tout le territoire » , il serait donc vain d’essayer de discerner dans la réforme qui se prépare une véritable politique de santé publique. Sous ses airs fourre-tout, le nouveau projet de loi « Hôpital, patients, santé, territoires », présenté…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.