Rester un contre-pouvoir

Pierre Micheletti, président de Médecins du monde, publie une critique politique du mouvement humanitaire. Selon lui, ses membres relaient
le choc des civilisations au lieu de faire évoluer les représentations.

De 1968 à 2008. Quarante ans d’humanitaire. Et plus de la moitié parcourue par Pierre Micheletti. C’est l’occasion pour le président de Médecins du monde de développer une critique politique de la solidarité internationale. Parce que 2008 sonne l’heure de la remise en cause. Décembre 2004 : le tsunami en Asie déclenche un élan de solidarité tel que les ONG doivent réaffecter les dons. Médecins sans frontières stoppe la collecte, le débat sur le financement des ONG est réactivé. Août 2006 : dix-sept…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.