Le pays qui n’existe pas

Neuf ans après l’intervention des troupes de l’Otan, le Kosovo n’a toujours pas d’économie et vit exclusivement de l’aide internationale. Une situation qui arrange beaucoup de pays et permet bien des fortunes. Reportage.

Le 17 février, le Kosovo a proclamé son indépendance et, depuis le 17 juin, ce pays de 2 millions d’habitants vivant sur 10 000 km2 s’est doté d’une constitution. Mais, comme l’explique Albin Kurti, le responsable du principal mouvement d’opposition au Premier ministre, Hashim Thaçi, tout comme il existe de la bière ou du vin sans alcool et du café sans caféine, il existe des « indépendances sans souveraineté ». Lors de la proclamation de la Constitution, le texte a été paraphé devant les caméras sur un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.