L’Enfer, c’est nous autres

Le mangaka Yoshihiro Tatsumi dessine un monde dur, à la fois réaliste et surréaliste, sans jamais tomber dans le misérabilisme,
mais où le trait du maître renforce la solitude des personnages.

L’Enfer : le titre de Yoshihiro Tatsumi sonne comme un défi difficile à relever. On plonge dès lors dans la première nouvelle avec scepticisme. Douze autres plus tard, on referme la bande dessinée convaincu. C’est bien d’enfer qu’il s’agit, et celui de Tatsumi est pavé de (très) bonnes inventions. Car son imaginaire repose sur des alliances contre nature. Clochards, chômeurs, prostitué-e-s… Le petit monde des bas-fonds forme l’essentiel de sa cohorte. Mais ce réalisme social achoppe sur les associations…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.