L'educ pop a le blues

Les restrictions budgétaires mettent en péril les associations
de jeunesse et d’éducation populaire, qui se mobilisent contre
cette marque de désengagement de l’État.

Jugé « remarquable » par Nicolas Sarkozy en juillet dernier, le travail des associations de jeunesse et d’éducation populaire est aujourd’hui sérieusement menacé par des coupes budgétaires sans précédent. « C’est tout le secteur qui est touché, aussi bien les associations complémentaires de l’école publique que les foyers ruraux ou les centres de vacances sociaux », s’inquiète Philippe Cahen, le chargé de communication de la Confédération nationale des foyers ruraux. Partir en colonie de vacances…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.