L’injustice au pouvoir

En partant de l’exemple de la réforme du statut des intermittents du spectacle, Maurizio Lazzarato montre comment les attaques néolibérales rendent la société inégalitaire.

Que penser d’un ministre de la Culture qui déclarerait : « Il y a trop d’intermittents, trop de compagnies, trop de spectacles, trop ­d’artistes » ? La raison d’être de son ministère n’est-elle pas de se réjouir et d’encourager une telle situation ? Cette curieuse phrase a pourtant été prononcée par Jean-Jacques Aillagon, alors ministre en fonction rue de Valois, en 2003, au moment où était lancée la « réforme » de l’assurance chômage des intermittents du spectacle, voulue par le Medef et le gouvernement…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.