Le mauvais plan de la maison à quinze euros

Les demeures sociales promises par Christine Boutin sont loin d’être un succès. Et leur coût réel est bien supérieur à celui annoncé. Explications.

Annoncées au mois de janvier 2008, promises en avril, relancées en septembre, les « maisons à 15 euros » ont fait une réapparition surprise le 22 décembre à Ambérieux-en-Bugey, dans l’Ain. La ministre du Logement, Christine Boutin, y a inauguré les trois premières alors que plusieurs milliers avaient été promises il y a plus d’un an. Une rapide enquête a permis de découvrir que les maisons dont les clés ont été remises devant les caméras viennent d’un programme immobilier qui n’a rien à voir avec celui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.