Dossier : Gaza, trois mois après

À quoi ça leur sert ?

Le montage politique-policier qui a permis les inculpations de Tarnac suscite de nombreuses interrogations dont l’une, essentielle, n’est presque jamais posée : pourquoi ceux qui dirigent la police et la justice de ce pays se sont-ils lancés dans une telle entreprise, pourquoi ont-ils pris le risque de se retrouver là où ils sont aujourd’hui, n’ayant plus à choisir qu’entre l’odieux et le ridicule ? À cette question, on peut proposer deux réponses. La première tient à la nécessité de peaufiner l’image de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.