Le Caire de son cœur

Golo raconte sa découverte de la capitale égyptienne, populaire et truculente. Et réédite son adaptation de « Mendiants et orgueilleux », d’Albert Cossery.

Le Caire grouille. Vendeurs en tout genre, bus surpeuplés, buveurs de café, fumeurs de chicha. Des terrasses, fusent blagues sur Nasser et chansons d’Oum Kalthoum. Des amis s’apostrophent : « Que ta nuit soit de miel » , « Que le matin soit de jasmin. » Et au milieu, cheveux longs et pattes d’éléphant, un « khawaga » , autrement dit un Blanc, un touriste, un étranger : Golo. Nous sommes en 1974, et le dessinateur français a délaissé son premier amour, le Paris populo, celui de l’argot, des troquets et des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.