Un capitalisme vert… puis un krach vert ?

Selon certains, tel Immanuel Wallerstein, le capitalisme est entré dans sa phase terminale car sa logique de croissance infinie bute sur les limites de la planète. L’idée selon laquelle le mode de développement productiviste contemporain est en voie d’épuisement doit être prise au sérieux. Cela signifie-t-il pour autant la disparition prochaine du capitalisme en tant que système fondé sur l’appropriation privée des moyens de production et sur le marché ? Rien n’est moins sûr. Il convient de ne pas…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents