Dossier : Libres paroles de détenus

Anonyme, en maison d’arrêt

« La prison, c’est pire que ce que vous imaginez ! La survie devient difficile. Avec une absence totale d’humanité, au sens de ce qui fait l’humain : son identité, sa personnalité, sa dignité. Dans cette poubelle neuve et propre, déjà surpeuplée, tous les contacts sont rompus. Le prisonnier est martyrisé psychologiquement. Je n’exagère pas. Il subit l’arbitraire du surveillant qui applique sa règle, selon son humeur et sa tranquillité. La punition, pour un surveillant, est d’être en coursive. Ouvrir et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.