Grippe A, les raisons du fiasco

Pour Pierre Le Coz*, la gestion de la pandémie en France met en évidence un défaut de démocratie.

Politis : Cinq millions de personnes vaccinées à ce jour contre 94 millions de doses de vaccins anti-H1N1 commandées pour un coût – 869 millions d’euros – supérieur au déficit de l’hôpital public : est-on encore dans le principe de précaution ou plutôt dans une stratégie de relance de l’industrie ? Pierre Le Coz : Avant son avis 106 sur les questions éthiques soulevées par une possible pandémie grippale, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) avait rendu un avis (79) sur le principe de précaution.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.