Habiter chez Vanot

Le chanteur offre avec « Bethesda » un album
de grâce et d’audace, d’une grande liberté.

À l’écart des flux de production courante, qui obligent à rendre sa copie tous les deux ans même si la nécessité fait défaut, on trouve un bien luxueux – le temps – et un artiste plus proche des rythmes de la nature que des trépidations de la ville : Silvain Vanot. Son dernier album, Il fait soleil , datait de 2002, mais le chanteur n’était pas pour autant parti sans laisser d’adresse : on l’a vu jouer du ukulélé pour Mareva Galanter, publier une biographie de Dylan, et composer des musiques de film.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.