Des puces contre des pions

Face aux violences scolaires, deux réponses s’opposent : vidéosurveillance ou meilleur encadrement. Ce clivage traduit un positionnement idéologique qui vaut pour la société tout entière.

L’école, c’est la France en petit et en concentré. Les réactions face aux violences scolaires en offrent un nouvel exemple. Entre 50 et 80 établissements de l’académie de Créteil étaient en grève le 16 février. Le 8 janvier, un élève du lycée Darius-Milhaud au Kremlin-Bicêtre est mort poignardé. Le 3 février, un jeune du lycée Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine a été agressé au couteau. Le 15 février, le lycée Guillaume-Apollinaire de Thiais déplorait une attaque au cutter… Une mobilisation générale est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.