Nucléaire iranien : La nouvelle donne

En faisant irruption dans un dossier ultrasensible, le Brésil et
la Turquie revendiquent aussi un nouveau statut sur la scène internationale.

L’affaire du nucléaire iranien est-elle en train de provoquer une redistribution des cartes au plan international ? L’initiative du Président brésilien, Lula, et du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qui se sont rendus à Téhéran le 17 mai, permet au moins d’en faire l’hypothèse. On se souvient que, ce jour-là, les deux hommes ont signé un accord permettant à la république islamique d’enrichir de l’uranium hors de ses frontières. La Turquie accepte ainsi d’entreposer 1 200 kg d’uranium iranien…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.