Tension extrême à Bangkok

Après deux mois de siège, le pouvoir menace de donner l’assaut contre le camp retranché des « chemises rouges », et refuse toute médiation, y compris celle des Nations unies.

Amnesty International a accusé mardi l’armée thaïlandaise d’avoir tiré à balles réelles sur des personnes sans armes et ne présentant pas de menace, lors de l’opération lancée contre le camp retranché des « chemises rouges », dans le centre de Bangkok. En quatre jours, ce sont 38 personnes qui ont ainsi été tuées, toutes civiles, à l’exception du général Seh Daeng, qui avait rejoint la guérilla. Tous les contacts entre les opposants et le régime ont été rompus depuis le 13 mai, lorsque le Premier ministre,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.