Abandonnés par l’État français

Six mois après le séisme, les Haïtiens sont confrontés à des obstacles administratifs qui empêchent les rapprochements familiaux et entretiennent des situations dramatiques.

Elle parle en créole, des sanglots dans la voix, et il y a de la friture sur la ligne. Bélina Morcy est au téléphone, à Paris, avec une de ses deux nièces qui vivent à Port-au-Prince. Leur mère est décédée, et elles sont sous la tutelle de leur tante depuis 2008. Nul besoin de traducteur pour comprendre la détresse de l’adolescente. Pas de maison, pas de vêtements, et les pluies qui arrivent prochainement sur l’île caribéenne. Le bruit de la rue, là-bas, en plein chaos, tranche avec le calme, ici, de la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.