L’immigration, mémoire plurielle

Une quarantaine de chercheurs s’interrogent sur les effets en France
du déni de l’histoire coloniale.

Ouvrir les portes d’une pensée trop négligée en France. C’est ce que propose de faire un collectif pluridisciplinaire d’une quarantaine de chercheurs dans l’ouvrage Ruptures postcoloniales, en se penchant sur les problématiques aussi bien théoriques que concrètes posées par le déni de l’histoire de la colonisation. L’immigration, la littérature d’outre-mer, la question de la diversité ou encore l’« islam de France » sont éclairés à l’aune des études post-coloniales. « L’enjeu est de sortir d’une lecture…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.