Dossier : Voyager sans avion

« Quand on prend l’avion, on triche »

On peut voyager très loin autrement que par les airs. Par souci écologique mais aussi pour se pénétrer des lieux traversés, faire des rencontres, savourer le temps qui passe.

Cinq escales. C’est ce que réalise un voyageur désirant se rendre en train de Paris à Moscou. Metz, Berlin, Brest (Biélorussie), Minsk et Smolensk. Soit un voyage de plus de 46 heures. Deux changements seulement pour un Paris-Istanbul, à Stuttgart et Belgrade, pour une durée quasi équivalente. Une folie pour certains, la véritable aventure pour ­d’autres. Pour leur voyage de noces, Jérémie Mercier et sa femme sont partis de Londres pour atteindre le village de Tozeur, aux portes du Sahara tunisien. Il leur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Marlène Schiappa au tribunal

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Poutine, une aubaine pour Washington

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.