Reprise du Monde : l’effet Sarkozy

Le conseil de surveillance du groupe Le Monde s’est prononcé en faveur du trio Bergé-Niel-Pigasse, après le retrait de l’offre concurrente, qui avait la préférence du chef de l’État…

Le trio Bergé-Niel-Pigasse, dit « BNP », est devenu lundi actionnaire majoritaire du groupe Le Monde à l’issue du vote du conseil de surveillance, qui s’est prononcé en faveur de l’offre des trois hommes d’affaires par 11 voix sur 20. Est-ce l’effet Sarkozy ? Tout le monde s’en défend. Y compris la Société des rédacteurs du Monde (SRM) et les autres sociétés de ­personnels qui se sont prononcées par un vote massif le 25 juin en faveur de l’offre de reprise du trio composé de l’homme d’affaires Pierre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.