Dossier : Journalistes insultés, justice entravée, affaires étouffées

Trois semaines pour étouffer « l’affaire »

Le ministre du Travail a-t-il couvert des faits d’évasion fiscale en échange d’un soutien financier à l’UMP ? Les révélations de Mediapart ont déclenché un séisme politique, suivi d’une riposte immédiate. C’est aujourd’hui la presse, coupable d’informer, qui est clouée au pilori.

Du 16 juin au 1er juillet : aux origines de l’affaire L’affaire Woerth-Bettencourt est une affaire gigogne. À l’origine, il y a l’action intentée par Françoise Bettencourt-Meyers, fille de la richissime Liliane Bettencourt, héritière de L’Oréal, contre le photographe mondain François-Marie Banier, accusé d’ « abus de faiblesse » . Celui-ci a reçu 600 millions d’euros de dons de la vieille dame (87 ans). Mais, le 16 juin, l’affaire prend une autre tournure avec la publication par le site Mediapart du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.