Un coup de cochon

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


D’un côté, la Commission européenne remise une procédure d’infraction contre la France pour pollution de sources d’eau potable par les nitrates en Bretagne, car la situation s’améliore ; et puis un plan pour l’élimination des algues vertes (dues aux nitrates, entre autres) est lancé. Et de l’autre, un amendement scandaleux, adopté en commission à l’Assemblée nationale, visant à faire passer de 450 à 2 000 places le seuil d’occupation d’une porcherie nécessitant une étude d’impact ! Selon l’association Eaux et rivières, les deux tiers des projets passeront sans effort, deux fois plus qu’avant. Moralité : puisque ça va mieux, redoublons d’efforts pour maintenir les nitrates à leur niveau d’antan !


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.