Roms : comment font les villes de gauche ?

La politique nationale d’évacuation des camps de Roms entraîne une partition entre les municipalités qui s’alignent et celles qui cherchent des solutions pour reloger, soutenir, soigner et scolariser.

« La France n’est pas un terrain vague ! » , a jeté Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, en conclusion de sa conférence de presse du 30 août sur la « mise en œuvre des mesures d’évacuation des campements illicites ». Suite du communiqué de l’Élysée daté du 28 juillet jugeant « inadmissible la situation de non-droit qui caractérise les populations roms venues d’Europe de l’Est sur le territoire français ». Entre 200 et 300 campements illégaux étaient ainsi recensés sur un total de 600. D’où viennent…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.