Au(x) cœur(s) du pouvoir

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Et si notre président, derrière des airs bravaches, était le jouet des femmes ? Et si ce personnage autoritaire et colérique se faisait tout petit devant ses compagnes, amies ou confidentes, les unes croqueuses d’hommes, les autres influentes auprès d’un mari président dont on convoite la succession, les autres encore jeunes et naïves qu’il faut chaperonner… ou intrigantes sans scrupule, ou insolentes, ou dilettantes… L’air de rien, Renaud Dély, rédacteur en chef de la matinale de France Inter, et notre ami Aurel nous racontent la véridique histoire d’un certain Nicolas Sarkozy piquant Cécilia à Jacques Martin, puis se faisant subtiliser la belle ambitieuse par un richissime publicitaire… Toutes, elles défilent dans cette réjouissante « BD-enquête » « sur un hyperprésident hyperaffectif » .

Même Bernadette, plus rancunière que Jacques lorsque le petit Nicolas trahit son époux de président pour faire la campagne d’un certain Balladur. Même Anne F., journaliste politique (faussement anonyme) dans « un grand quotidien de droite » , qui joue les intérimaires entre Cécilia 1 et Cécilia 2, celle qui s’en va et celle qui fait mine de revenir pour le temps d’une campagne. Et puis, bien sûr, Carlita  « épidermiquement de gauche » (sic) qui conclut un « contrat » avec le Président abandonné. Édifiant épisode sur ce petit monde bling-bling que cette soirée « de gauche » chez Séguéla où Sarkozy délaissé rencontre Carla… Étonnante galerie de portraits que cette BD qui tend tout de même au lecteur un méchant piège : car derrière des scènes évidemment imaginées, sous des dialogues reconstitués et un scénario qui prête à sourire, on serait tenté de ne rien croire de ce qu’on lit. Or, tout est vrai dans cette histoire. En tout cas pour l’essentiel. Et c’est une contribution de plus à la tragicomédie du pouvoir.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.