Démocratie placebo

Le Sénat modère un amendement plaçant la médecine du travail sous la coupe des employeurs.

La médecine du travail a-t-elle échappé in extremis à une mort certaine ? Pour l’instant en tout cas, les sénateurs de la commission des Affaires sociales lui ont accordé une mise en sursis. Tout commence lors de l’examen du projet de loi sur les retraites à l’Assemblée nationale à la mi-­septembre. Un amendement préparé en catimini par le gouvernement est alors greffé au texte : c’est une bombe pour la médecine du travail. Il indique que, désormais, les services de santé au travail auront pour tâche de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.