Des données sur les Roms

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Il n’y a pas de fichier Roms structuré à la gendarmerie, d’après la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Mais des documents portant la mention « Mens », pour « minorités ethniques non sédentarisées ». La gendarmerie centralise donc des données récoltées lors de contrôles de gens du voyage, avec photographies et plaques d’immatriculation, sans l’aval du Conseil d’État et de la Cnil. Idem pour les 52 769 fiches de personnes constituées par recoupements de fichiers qu’utilise l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.