Des pistes pour l’après-2012

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


C’est une première : l’école, l’éducation populaire et des élus locaux se rassemblent pour élaborer deux grands projets en matière d’éducation. Le premier, intitulé Appel de Bobigny et publié le 19 octobre, dresse une liste de 18 propositions pour « l’enfance et la jeunesse ». « Cela ne concerne pas seulement l’école , précise Yves Fournel, président du Réseau français des villes éducatrices, mais tous les temps éducatifs. » Il n’est pas question d’ouvrir un énième débat mais d’amener tout le monde à se positionner clairement sur des axes et des leviers de changement, avec objectifs et moyens. « C’est la première fois que la société civile se rassemble si nombreuse, et ce, notamment, pour instaurer un rapport de force en riposte aux dernières réformes. » Les villes éducatrices, la Ligue de l’enseignement, les Francas, la FCPE, la FSU, la CFDT, l’Unsa… « Les signataires représentent plus d’un million de personnes ! » Deuxième projet : « Un texte plus abouti encore sur les 0-6 ans » , qui prend le contre-pied du décret Morano sur la petite enfance. « Ce décret n’est valide que jusqu’en 2012 » , précise Yves Fournel, quand l’enjeu des deux appels consiste à poser les bases d’une politique publique d’éducation pour l’après-2012.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.