Dossier : Annick Coupé : «Cette crise sociale peut se transformer en crise politique»

« Un risque d’impérialisme »

La philosophe Virginie Maris* analyse l’évolution du discours sur la protection de la nature, et pointe une vision anthropocentrique et occidentale du milieu.

Politis : Le terme de biodiversité est assez récent, que révèle ce glissement lexical par rapport à la notion de nature ? Virginie Maris I Jusque dans les années 1980, on parle de « protection de la nature ». Beaucoup de choses sont visées sous cette bannière : les ressources naturelles, la nature sauvage. En 1986, naît le terme de « biodiversité ». Progressivement, on parle de « conservation de la biodiversité ». Une véritable gouvernance internationale émerge avec la rédaction de la Convention sur la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.