« Fix me » : Palestine en tête

Avec « Fix me », le cinéaste Raed Andoni cherche une voie
de libération personnelle.

C’est une scène très courte, mais parmi les plus drôles de Fix me . Le cinéaste Raed Andoni accompagne quelques-uns des membres de sa famille, caméra au poing, à Bil’in, un village de Cisjordanie réputé pour ses actions de résistance pacifique. Un des responsables de ce village demande à la mère de Raed Andoni quel est le sujet du film qu’il est en train de tourner. Celle-ci préférerait que son fils le dise lui-même. « Réponds, toi ! » , lui lance-t-elle. Mais, derrière sa caméra, il reste silencieux.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.