Le premier flamenco à Paris

Le danseur Andrés Peña présente un spectacle intense et généreux.

C’est l’un des artistes phares de la scène flamenca. S’il a gagné un immense respect auprès des aficionados d’Espagne, c’est qu’Andrés Peña s’est façonné, depuis son ­titre de meilleur jeune danseur à la prestigieuse Biennale de Séville en 2000, une danse à la fois classique et d’une grande personnalité. Une danse qui ne trompe pas par des ­zapateados (solos de pieds) vibrionnants. Les bras, les mains, la posture y ont tout autant d’importance. Ainsi que le sens du compás (rythme) proverbial de sa ville…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.