« Tomates » : Quintane, pur jus

Dans « Tomates », Nathalie Quintane fait grincer les mots sur des sujets d’actualité.

En argot portugais, « on appelle tomates (toumatech’) les testicules » . Cette information est puisée dans le nouveau livre de Nathalie Quintane, Tomates . Il s’agit aussi, sans doute, d’une indication inconsciente sur l’intention générale, que l’on sent couillue. Celle de mettre les pieds dans le plat politique, plus particulièrement en levant quelques lièvres sur ce qui se joue dans la langue, ou dans la littérature, à propos de sujets brûlants – Tarnac, l’antiterrorisme, les émeutes dans les banlieues,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Changer l’hôpital

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.