Une révolution Nord-Sud

Le fol engrenage révolutionnaire auquel on assiste depuis le début du soulèvement tunisien, le 19 décembre, n’est-il que l’aggiornamento d’un monde arabe qui n’est pas le nôtre ? Avouons-le ! Il y a vaguement cette idée dans nos analyses : le monde arabe comblerait son déficit de démocratie. Comme si les événements de Tunisie, d’Égypte, de Libye ou de Bahreïn ne nous concernaient finalement qu’en raison des conséquences économiques, et éventuellement stratégiques, qu’ils entraînent. Bien entendu, nous ne…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.