Dossier : La dérive guerrière ?

Le bourbier afghan

Déclarée comme « guerre au terrorisme », la guerre d’Afghanistan est rapidement devenue un conflit colonial dans toute son horreur.

Personne n’a oublié. Le 11 septembre 2001, les États-Unis et le monde entier sont sous le choc : les tours jumelles du World Trade Center, percutées par deux avions de ligne, s’effondrent. Les États-Unis et New York sont frappés en plein cœur par Al-Qaïda, l’organisation d’Oussama Ben Laden. Le président américain, George W. Bush exige immédiatement l’extradition du chef d’Al-Qaïda, que l’on dit caché en Afghanistan. Devant le refus du gouvernement afghan, il déclare la guerre à peine un mois après…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.