Le droit à l’avortement en danger

Quarante ans après le Manifeste des 343 salopes, des féministes remontent au créneau. Malgré la généralisation de la contraception, le nombre d’interruptions volontaires de grossesse reste stable, et l’accès à ce droit recule.

Bis repetita. Dans le sillage du manifeste publié par leurs aînées en avril 1971, 343 féministes ont signé dans Libération (2 et 3 avril derniers) un nouveau manifeste pour l’égalité des droits hommes-femmes. Parmi eux, le droit de disposer de son corps et, donc, d’avorter. Depuis quarante ans, et malgré l’inscription de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) dans le code de la santé publique en 2001, le nombre d’avortements reste globalement stable : environ 200 000 chaque année en France, d’après…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.