Dossier : Jeunes musiciens : comment se faire entendre

Les virtuoses de la polyvalence

En pleine crise du disque, les musiciens de jazz développent l’autoproduction, l’autodiffusion, créent des collectifs et se mettent au management, pour pallier le manque de soutien des clubs.

Le disque est en crise. Mais le disque n’a jamais été aussi important. Tel est le paradoxe soulevé par le pianiste Laurent Coq sur son blog Révolution de jazzmin, ouvert le 1er avril à la suite d’une prise de bec avec Sébastien Vidal, patron du club Le Duc des Lombards à Paris et programmateur de la radio TSF jazz (voir Politis du 14 avril). S’ensuivit une polémique qui a eu le mérite de libérer la parole et de souligner cet état de fait : il est devenu difficile pour un jeune musicien de se faire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.