EPR

Laisse béton

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Il y avait l’immense dérive des coûts et des délais (déjà deux ans de retard, pas d’entrée en service avant 2016), la dissimulation récente d’accidents du travail et, plus largement, des soupçons récurrents sur la sûreté de l’EPR, pourtant argument principal des zélateurs du réacteur nucléaire « dernière génération », en construction à Flamanville (Manche). Aujourd’hui, ce sont des malfaçons sur le béton des structures qui « mettent en cause la qualité de plusieurs constructions vitales pour la sécurité du futur réacteur EPR de Flamanville », assène une Autorité de sûreté nucléaire très en colère dans des courriers révélés par le Canard enchaîné la semaine dernière. L’EPR survivra-t-il à la présidentielle de 2012 ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.