Aligre FM est privée d'ondes

Les émissions de la radio associative francilienne ont été coupées par son diffuseur. Aligre FM dénonce une « grave atteinte à la liberté d'expression » et « l'étranglement financier » des radios associatives.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Trente ans après sa fondation, Aligre FM est menacée par un conflit financier. La radio associative de quartier « essentiellement centrée sur l’aide à la cohésion sociale et l’accès à la culture pour le plus grand nombre » , qui a grossi peu après sa création à l'échelle de l'île de France, vient d'être privée d'antenne par son diffuseur, TDF. Ce dernier réclame le règlement d'une ardoise de 40 000 euros et refuse un plan d'apurement de la dette présenté par la station. Aligre FM dénonce aujourd'hui une « grave atteinte à la liberté d'expression ».

La station dit notamment s'être engagée à régler sa dette au compte-goutte, à raison de 400 euros mensuels, qui s'ajoutent au versement de 1940 euros qu'elle effectue au titre des frais de diffusion. D'après le communiqué de la radio, le 1er octobre 2011, 8 000 euros supplémentaires ont été versés « grâce à l'aide de la Mairie de Paris » .

« Il faut savoir que cette dette est la résultante d'une politique d'étranglement financier que pratique TDF, à l'encontre des radios associatives en ayant notamment augmenté fortement ses tarifs ces cinq dernières années, dénonce la radio . Nous ne nous laisserons pas sacrifier pour le profit des actionnaires de TDF ! »

En attendant le rétablissement de l'antenne, les programmes se poursuivent en direct sur aligrefm.org


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.