Mayotte : le mouvement dure et se durcit

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le mouvement de contestation contre la vie chère qui dure depuis mardi 27 septembre s'est intensifié ce mercredi à Mayotte. Pour la première fois, les habitants de Petite Terre, la plus petite des îles mahoraises, ont rejoint la contestation. Des barrages de fortune ont été dressés sur les axes routiers, avec comme priorité le blocage de l'aéroport. Mercredi, la ministre de l'Outre-mer, Marie-Luce Penchard, a assuré que le RSA serait mis en place « comme prévu » le 1er janvier 2012 alors que les représentants syndicaux avaient quitté les négociations avec les patrons et l'État. Ils demandaient la libération de quatre manifestants arrêtés à Mamoudzou. Des incidents, avec tirs de gaz lacrymogènes, avaient eu lieu devant l'hôtel de police accueillant les quatre interpellés. Les négociations devaient reprendre jeudi à 14 h.


Avec AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.