Annie Ernaux : « Je ne voulais pas trahir »

Pour Annie Ernaux, écriture
et politique sont inséparables. Explications d’une écrivaine
qui ne triche jamais.

Cet entretien avec Annie Ernaux est forcément un peu infidèle. Il faudrait pourvoir retranscrire ses rires fréquents et son plaisir évident à la discussion. Voici une rencontre avec une femme qui a le goût de la vie. Est-ce que vous préférez parler politique ou littérature ? Annie Ernaux : Souvent, les deux peuvent se rejoindre, mais cela dépend du sens du mot « politique ». Si vous me demandez pour qui j’ai voté à la primaire socialiste, je crois que c’est anecdotique. En revanche, il est plus intéressant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.