David Lean

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Trop souvent, le cinéma anglais est associé à un cinéma social ou naturaliste. David Lean est pourtant loin de cette esthétique. Toute la carrière de l’auteur de Lawrence d’Arabie et du Docteur Jivago est dominée par un souffle épique et romantique. Et cela dès ses premiers films, dans les années 1940. Le coffret que publie ces jours-ci Carlotta films permet non seulement de nous en rendre compte, mais il montre la maîtrise que David Lean a rapidement acquise, qui lui venait en particulier d’une longue et virtuose pratique du montage. Cinq films dans ce coffret, dont au moins un chef-d’œuvre, Brève Rencontre, réalisé en 1945. Dans un noir et blanc contrasté, et une lumière presque expressionniste, Brève Rencontre contient toute la force d’une passion irrépressible et impossible, portée par un comédien alors quasi débutant, Trevor Howard, et une comédienne atypique et bouleversante, Celia Johnson. Les Amants passionnés (1949) et Madeleine (1950) possèdent le même lyrisme miné par une sorte de froideur inquiétante. Heureux Mortels (1944) et L’esprit s’amuse (1945) sont sans doute plus mineurs, mais jamais anodins.
Coffret David Lean, Carlotta Films, 5 DVD.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.