À flux détendu

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Dans sa toujours stimulante et dominicale émission sur France Inter, « 3 D », Stéphane Paoli rediffusait ce 1er janvier des paroles de mathématiciens travaillant sur des robots. On apprenait ainsi que les scientifiques dotent les robots d’une capacité à apprendre par eux-mêmes, ce qui amène ces derniers à acquérir une forme d’autonomie par rapport à l’esprit humain. Autrement dit, le fantasme exprimé par Stanley Kubrick dans 2001, l’Odyssée de l’espace est désormais réalisé. Peut-être sera-ce un jour pour le pire.

Mais, aujourd’hui, ces travaux des mathématiciens sont source de liberté. Ces robots tels qu’ils sont élaborés, expliquait l’informaticien Pierre-Yves Oudeyer, « nous permettent de prendre du recul par rapport à nous-mêmes, à nos propres conceptions de la curiosité, des émotions, du langage… » . Autrement dit, c’est une des voies qui s’ouvrent à l’homme pour découvrir du nouveau, non sur des planètes inconnues, mais sur lui-même, sur le mystère qu’il constitue encore et toujours.

J’ai trouvé que cette émission était la meilleure façon d’entrer dans une nouvelle année. Elle incite, en effet, à une certaine sagesse. À défaut d’avoir à disposition ces robots aux qualités réflexives, il n’est pas inutile, de temps en temps, de remettre en question ses grilles de lecture du monde. Il s’agit de sortir de soi-même pour tenter de comprendre l’autre, entendre ses arguments, surtout si on ne les approuve pas. De se décentrer, non pour se défaire de ses convictions, mais pour perdre un peu des certitudes sur lesquelles on est parfois confortablement assis depuis (trop) longtemps. D’épouser un regard différent du sien pour découvrir une perspective, élargir un horizon.

Cette démarche porte un nom, l’intelligence, que les mathématiciens répugnent encore à attribuer aux robots les plus rusés. Alors, chers homo sapiens, excellente année 2012 !


Haut de page

Voir aussi

Tirs de la BAC à Stains : la version policière démontée par une reconstitution en 3D

Sur le vif accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.