Implants mammaires : panique planétaire

Le fabriquant des prothèses est poursuivi en France, en Italie, au Venezuela...

Après le Mediator, les prothèses mammaires. Dites PIP, pour Poly Implant Prothèse, du nom de leur fabricant varois. Défectueuses, elles peuvent libérer leurs matériaux dans l’organisme. Pour réduire les coûts, elles ont été frauduleusement remplies d’un gel de silicone « non médical », possiblement cancérigène. Créé en 1981 et liquidé en mars dernier, PIP était le troisième producteur mondial de ce type d’implants. Entre 400 000 et 500 000 femmes en porteraient aujourd’hui dans 65 pays du monde, en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.